Accueil du site > Presse et Grand Public > Communiqués de presse > sPlotOpen, une base de données de végétation en libre accès

Résultats scientifiques

sPlotOpen, une base de données de végétation en libre accès

Mardi 13 juillet 2021

La base de données baptisée « sPlotOpen » est un véritable trésor d’informations sur les communautés végétales terrestres qui peuplent notre planète et surtout la première base de données de végétation qui soit en libre accès. Cette base, publiée dans la revue Global Ecology & Biogeography, contient près de 100 000 relevés de végétation issus de 114 pays et représentatifs de la diversité des bioclimats terrestres. La base est aujourd’hui mise à disposition de la communauté scientifique internationale par une équipe de chercheurs et chercheuses du monde entier. En collaboration avec l’Université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (MLU), le Centre Allemand de Recherche Intégrative sur la Biodiversité (iDiv) et le laboratoire Ecologie et dynamique des systèmes anthropisés (EDYSAN – CNRS / Univ. Jules Verne) ont co-porté ce projet. D’autres laboratoires étaient impliqués, tels que le laboratoire Biodiversité Marine, Exploitation et Conservation (MARBEC – CNRS / Ifremer / IRD / Univ. Montpellier), le laboratoire Botanique et modélisation de l’architecture des plantes et des végétations (AMAP – CNRS / IRD / CIRAD / INRAE / Univ Montpellier), l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale (IMBE – Avignon Univ. / IRD / Aix-Marseille Univ / CNRS), le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE – CNRS / Univ. Montpellier / IRD / EPHE) et l’Institut de biologie moléculaire des plantes (IBMP - CNRS). Cette base de données permettra de mieux prédire, entre autres choses, les conséquences du changement climatique sur les communautés végétales.

Les problématiques actuelles liées aux changements globaux et à leurs impacts sur les ressources végétales terrestres nécessitent une réflexion globale basée sur des données représentatives de l’ensemble de nos écosystèmes terrestres. Les chercheurs ayant mené cette étude expliquent que si nous voulons comprendre et prédire l’impact du changement climatique sur la biodiversité, il est nécessaire d’avoir une vision la plus globale possible. Les méta-analyses qui se basent sur une collection d’études régionales ou continentales pour obtenir des réponses quant au devenir de la biodiversité se sont multipliées ces dernières décennies. Cependant, aucune méta-analyse ne s’appuie sur des données brutes, faute d’accès à l’information, mais sur des données synthétiques parfois contestables. Il est nécessaire, aujourd’hui, d’avoir accès à la donnée brute à une échelle globale pour une vision la plus holistique possible et aussi pour assurer la reproductibilité des résultats. Pour cela, une base de données de végétation globale mise à la disposition de l’ensemble de la communauté scientifique internationale est nécessaire.

Avec le lancement de sPlotOpen, c’est près de 100 000 relevés de végétation issus de 114 pays représentant tous les continents (sauf l’Antarctique) et tous les bioclimats terrestres qui sont mis à la disposition de la communauté scientifique internationale. Chaque relevé de végétation donne la composition complète des espèces végétales qui cohabitent au sein de la même communauté. Des bases de données globales sur la distribution de plusieurs centaines d’espèces en particulier existent déjà mais aucune de ces bases n’apporte d’information sur la notion de coexistence entre ces espèces : le lien qui les réunit. En effet, dans la réalité, les espèces végétales sont organisées en communautés et sont rarement présentes seules, en peuplement monospécifique. Mettre à disposition une base de données globale sur la coexistence entre espèces végétales d’une même communauté est une étape sans précédent dans le domaine de la recherche en sciences végétales.

Cette base de données est le fruit d’un effort collaboratif regroupant 161 chercheurs et chercheuses issues de 57 pays, et impliquant notamment le laboratoire Ecologie et dynamique des systèmes anthropisés (EDYSAN – CNRS / Univ. Picardie Jules Verne). Le principal défi de ce travail de longue haleine a été de trouver un commun accord pour que chaque contributeur et contributrice de données puisse mettre à disposition tout ou partie des relevés de végétation dont il ou elle est responsable tout en gardant au final un échantillon global qui soit représentatif et équilibré vis-à-vis des conditions bioclimatiques terrestres. Ceci, dans le but de limiter tout biais biogéographique pour de futures analyses globales sur le devenir des communautés végétales terrestres en contexte de changements globaux.

JPEG - 62.2 ko
Logo de la base de données de végétation intitulée sPlotOpen
Crédit : Francesco Maria Sabatini

Références

sPlotOpen – An environmentally balanced, open-access, global dataset of vegetation plots. Francesco Sabatini, Jonathan Lenoir […] and Helge Bruelheide. Global Ecology & Biogeography. Publié en ligne le 21 Juin 2021.

Contact

Thierry Botti, chargé de communication OSU Institut Pythéas (AMU-CNRS-IRD-INRAE) / Tel. : 04 95 04 41 06

Voir en ligne : L’article sur le site de l’INEE