Accueil du site > Recherche > Colloques > Variabilités climatiques et accès à l’eau dans les quartiers informels en (...)

Variabilités climatiques et accès à l’eau dans les quartiers informels en Afrique sub-saharienne.

L’exemple d’un observatoire à Ouagadougou

Près de 800 millions de personnes dans le monde ne disposent toujours pas d’un accès amélioré à l’eau potable, dont près de la moitié (43 %) vivent en Afrique sub-saharienne. Par ailleurs, du fait d’une croissance urbaine accélérée, la progression de l’espace urbain qui en résulte ne s’accompagne pas systématiquement de l’établissement des populations dans des conditions salubres d’habitat et d’environnement. Ainsi, dans les villes à fortes contraintes environnementales, telles que les villes sahéliennes, les populations dépourvues d’accès aux services urbains de base, tels que le réseau d’adduction d’eau et d’assainissement, et résidant dans des habitats précaires, sont très vulnérables aux aléas climatiques telles que les périodes de sécheresse ou, au contraire, les excès de pluie.

Or, cet enjeu de l’urbanisation est d’autant plus exacerbé que les effets du changement climatique pourrait aggraver ces conditions d’habitat déjà problématiques en termes de dignité humaine, de santé publique et de développement en général. C’est l’ensemble de ces enjeux qui seront examinés dans ce séminaire, à partir d’une expérience de terrain réalisée au sein de l’Observatoire de Population de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso.

Enseignant-chercheur à l’Institut Supérieur des Sciences de la Population de l’Université de Ouagadougou, Abdramane Bassiahi Soura est titulaire d’un doctorat en démographie de l’Université Catholique de Louvain depuis 2009. Il travaille particulièrement sur la santé urbaine en milieu africain. Il a publié un livre aux Presses Universitaires de Louvain, et est auteur ou co-auteur de près d’une trentaine d’articles publiés dans des revues scientifiques internationales.

Vice-présidence de l’Université Ouaga II, Pr François de Charles Ouédraogo est géographe et également chef du Laboratoire LERMIT à l’Université de Ouagadougou. Docteur des universités d’Abidjan (1993) et de Paris I/IEDES (2004), il a publié un ouvrage chez L’Harmattan et plus d’une trentaine d’articles sur la sécurité alimentaire, et la géographie de la santé et de l’environnement.

Stéphanie Dos Santos est sociologue et démographe, chargée de recherche au Laboratoire Population Environnement Développement (IRD/AMU), et actuellement affectée à l’Institut Supérieur des Sciences de la Population de l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso). Depuis son doctorat, soutenu à l’Université de Montréal (Canada) en 2005, elle travaille notamment sur les enjeux sanitaires et sociaux de l’accès à l’eau des populations en Afrique sub-saharienne. Plus généralement, elle s’intéresse aux causes et aux conséquences des risques environnementaux auxquels les populations africaines peuvent être confrontées en milieu urbain.

Contacts

Stéphanie Dos Santos
Amélie Salmon

Lieu : Salle Biodiversité
Adresse :

AMU - Centre St Charles
Bâtiment 8 – 3ème étage
3 place Victor Hugo
Marseille