Accueil du site > Recherche > Colloques > Trajectoires d’enfants en contexte de pauvreté (Saison 2) Regards croisés (...)

Trajectoires d’enfants en contexte de pauvreté (Saison 2) Regards croisés sur l’entourage et les activités des enfants en Afrique et en Amérique du Sud

Alors que des politiques de scolarisation universelle se mettent en place dans les pays du Sud, les enfants entrent parfois très tôt en activité. Répondant aux besoins immédiats de leur entourage, cette mise au travail précoce, dont ils sont parfois acteurs et non pas seulement victimes, contraint leurs perspectives d’avenir mais permet dans certains contextes la transmission de savoirs locaux.

Après une première séance de ce séminaire (avril 2014) centrée sur les enfants travailleurs des métropoles, il s’agit ici d’interroger le concept de bien-être de l’enfant, la construction de son rapport à l’environnement et aux autres et plus généralement, ses perspectives à l’âge adulte, tout en abordant la question des méthodes nécessaires pour mieux appréhender l’enfance et ses trajectoires au Sud, à partir de situations locales et nationales, dans des contextes urbains mais aussi ruraux.

« Ménage, famille et activité des enfants placés chez leurs grands parents en Ouganda »

Par Valérie Golaz, chargée de recherche en démographie (INED-CEPED) en accueil au LPED.

En Ouganda, 13% des enfants de 2 à 5 ans vivent loin de leurs deux parents, une proportion qui augmente avec l’âge. Parmi ces enfants placés, 75% sont chez l’un de leurs grands parents. Cette forte mobilité des enfants, dès le plus jeune âge, est ancienne et documentée, tout comme le rôle des grands parents dans la prise en charge de leurs petits enfants. Mais les données récentes montrent une hétérogénéité importante des situations, que l’on peut mesurer dans les données démographiques à partir du moment où les enfants atteignent l’âge d’être scolarisés. La dernière Enquête démographique et de santé (2011) apporte des éléments d’analyse sur la situation des enfants et les ménages dans lesquels vivent les enfants et pointe vers un déficit de scolarisation pour les orphelins doubles par exemple.

Cette présentation a pour objectif d’interroger la situation des enfants placés chez leurs grands parents à travers ces données quantitatives et une série d’entretiens qualitatifs menés dans différents milieux socio-économiques à travers le pays, du rural à l’urbain. Au sein du même ménage, il arrive que les enfants soient traités de manière différente, selon le suivi des parents, l’acception sociale des enfants et les relations d’affinité qui se tissent au fil du temps entre proches. Le travail des enfants et adolescents dans la sphère domestique est variable. Il n’exclut pas la scolarisation et n’est jusqu’à un certain point pas irréversible. La situation des enfants gagne à être analysée en prenant en compte leur trajectoire et leur entourage, au-delà du ménage dans lequel ils vivent.

« Entourages, prises en charge et « bien-être » de l’enfant en Afrique de l’Ouest : les limites des données quantitatives »

Par Valérie Delaunay, chargée de recherche en démographie (IRD/LPED).

L’entourage de l’enfant détermine la manière dont l’enfant se construit, développe ses capacités motrices et intellectuelles. Le bien-être de l’enfant, affectif, sanitaire, psychologique, cognitif, en dépend. Sur base d’une analyse de la structure des ménages et de la situation résidentielle des enfants dans trois pays ouest-africains (Bénin, Togo, Burkina Faso) à partir des données EDS, nous nous interrogeons sur la manière de dépasser les limites imposées par les données disponibles en démographie, pour tenter de décrire l’entourage de l’enfant et son lien avec certains éléments de bien-être (ici scolarisation).
Les données d’une enquête originale "Activités économiques, partage des ressources et prise en charge des dépenses au sein des ménages urbains" (AEMU) permettent de mobiliser des informations sur la disponibilité d’adultes qui prennent en charge des enfants au sein du ménage (caregiver), qu’il s’agisse de leur donner le bain, les accompagner à l’école, les aider aux devoirs, les garder lorsqu’ils sont malades.
Cette enquête permet aussi d’analyser la participation des enfants aux tâches domestiques (en fonction de son statut et de du type d’entourage résidentiel) et le lien que les parents conservent avec leur propres enfants qui se trouvent dans un autre entourage résidentiel.

« Activité agricole, entourages et apprentissages : Quels rapports au territoire des enfants guaranis en Bolivie ? »

Par Robin Cavagnoud, pensionnaire post-doctorant de l’Institut français d’études andines - IFEA, UMIFRE 17 MAE – CNRS en Bolivie et Sophie Lewandowski, chargée de recherche en sociologie (IRD /LPED).

En Bolivie, le taux d’activité économique des enfants de 5 à 14 ans est estimé à 22,7 % (INE, 2008). Leur travail est réparti entre l’agriculture (50,2 %), le commerce (21,4 %), l’artisanat (13,8 %) et des activités dites « non qualifiées » (12,9 %). L’activité agricole des enfants est ainsi majoritaire, mais demeure peu étudiée dans les dynamiques qu’elle engendre. Nous nous intéresserons ici à son rôle dans le rapport des enfants au territoire.
La communication se fonde sur une enquête menée dans la société guarani de la zone du Chaco située au Sud de la Bolivie. Dans un premier temps, elle analyse les parcours des enfants ayant une activité agricole en insistant sur leurs passages entre travail, école et autres espaces d’apprentissage, ainsi que sur l’entourage des enfants en termes de transmission de savoirs (parents biologiques, tuteurs, instituteurs, groupes de pairs). Dans un second temps, elle examine les savoirs relatifs au territoire acquis dans ces trajectoires, en particulier ceux liés aux ressources hydriques et forestières. Elle montre que les périodes de travail agricole structurent les savoirs et les représentations des enfants sur leur territoire, davantage que les phases de scolarisation, quelle qu’en soit leur durée.

Séminaire du LPED

Lundi 15 septembre 2014, de 14h à 17h.
Salle de réunion du LPED
Aix-Marseille Université (Site Saint Charles)
Bâtiment 8, 3ème étage
Marseille

Contacts

Crédit photo : Enfant malgache - IRD / V. Delaunay

Lieu : Salle de réunion du LPED - AMU/Saint-Charles - Bâtiment 8, 3ème étage
Adresse :

3, place Victor Hugo, 13331 Marseille cedex 3.