Suivi des apports du Rhône (Programme MOOSE)

Depuis la construction du brrage d’Assouan, le Rhône est le principal fleuve de Méditerranée occidentale. Son débit moyen de 1700 m3.s-1 est trois fois supérieur à la somme des débits des autres fleuves méditerranéens : ’Ebre (200 m3.s-1) ; Arno (103 m3.s-1), Tibre (234 m3.s-1). Le Rhône est ainsi le principal pourvoyeur d’éléments nutritifs en Méditerranée, qui ont une influence directe sur la chaîne alimentaire en soutenant jusqu’à la moitié de la production primaire du golfe du Lion, région la plus productive de Méditerranée.

Cette influence ne provient pas seulement des volumes d’eau apportés, mais aussi de la composition de la matière (dissoute et particulaire) transportée, composée de substances potentiellement fertilisantes de l’activité biologique, tel que l’azote et le phosphore. Le suivi de la composition des apports en éléments nutritifs et leur quantification sont donc indispensables pour comprendre le fonctionnement et l’évolution de la zone côtière du golfe du Lion, mais également de la Méditerranée dans son ensemble.

Il y a encore peu de temps, les programmes de suivi étaient basés sur un échantillonnage régulier mais généralement à base fréquence (mensuel) et donc mal adapté pour quantifier les flux de matières apportés par les fleuves et rivières. Ceci est d’autant plus vrai pour la région méditerranéenne qui possède un régime hydrologique caractérisé par de soudaines et violentes crues « éclair », évènements paroxysmiques et qui peuvent être à l’origine d’un très fort pourcentage du transport de matière vers la mer.

Face à cet enjeu, un suivi a été mis en place depuis 2005, basé sur l’installation d’une station automatique de prélèvements à Arles qui permet d’assurer à la fois 1) un suivi continu et pérenne et 2) des prélèvements haute fréquence avec une prise en compte spécifique des crues. La stratégie mise en place a permis d’échantillonner une vingtaine de crues entre 2005-2015, caractérisées par des débits dépassant 3000m3.s-1.