Accueil du site > Recherche > Colloques > Séminaire des doctorants du LPED

Séminaire des doctorants du LPED

Le séminaire s’articulera autour de 5 présentations suivies de discussions.

« Rôle de la diaspora algérienne dans le transfert de la connaissance et le développement de l’entrepreneuriat : État des lieux et perspective » par Aziz Nafa, en 3ème année de thèse de sociologie, sous la direction de Jean-Baptiste Meyer (IRD/LPED)

Pour pallier sa dépendance aux hydrocarbures, l’Algérie aspire pour les proches années à venir, à créer sa richesse en diversifiant son économie productive. Des mesures stratégiques sont mises en place pour préparer l’après pétrole en prônant une politique économique basée sur l’investissement, le développement sectoriel et multisectoriel du tissu économique.
Parallèlement, des expériences démontrent l’importance et le rôle de la diaspora dans le développement du pays d’origine (Saxenian 2006, J.b Meyer 2008, OCDE 2012, GEM 2013,…). L’Algérie est un pays ouvert et disposant d’une importante communauté de compétences expatriées, parfois organisées en réseaux (Invest in med 2011). Cependant, la diaspora algérienne peut-elle jouer un rôle en contribuant au développement du pays par le biais de la connaissance et de l’entrepreneuriat ? L’objectif de cette recherche est donc, de percevoir le rôle de la diaspora dans la création de richesse et de la valeur, par l’innovation productive.

« Acteurs, projets urbains et environnement : les mutations urbaines à Alger » par Kelthoum Saidani, en 3ème année de thèse de géographie, sous la direction de Hubert Mazurek (IRD/LPED)

L’environnement s’inscrit aujourd’hui comme nouveau champ disciplinaire des questions urbaines. Cette inscription est relative à la maîtrise de l’espace, à la durabilité du développement urbain, au maintien de la biodiversité, à l’amélioration des cadres de vie, à la diminution des bilans carbone, à la gestion maîtrisée des ressources, etc. Introduire l’environnement, et plus particulièrement « la nature », dans les problématiques urbaines suppose de développer des connaissances spécifiques sur le fonctionnement des systèmes urbains, à l’interface avec la société, s’inscrivant dans une dimension spatiale et temporelle. Cela suppose aussi de pouvoir construire des indicateurs biologiques, géographiques et sociologiques révélateurs de la « qualité » de cet environnement et de pouvoir les suivre dans le temps et l’espace. Il est nécessaire de développer les recherches qui introduisent la question de l’environnement comme point de départ des questions d’urbanisme. Alger s’articule aujourd’hui entre son passé turque et mauresque, une période coloniale en oscillation entre le passé et la modernité occidentale, et une expansion récente fortement teintée de modernisme.
L’objectif des recherches menées dans le cadre de cette thèse de doctorat concerne le rôle des acteurs dans la dynamique et les mutations urbaines de la ville d’Alger, dans la relation entre les projets urbains et l’environnement.

« Study of the gut fungal flora in yellow legged gulls and population genetics of three Candida species » par Mohammed Hashim Yasir Al-Yasiri , en 3ème année de thèse de pathologie humaine, sous la direction de Stéphane Ranque et la co-direction de Jeff Mauffrey (AMU/LPED)

The Yellow Legged Gulls is common seabird species in the Mediterranean coasts southern of France that has been reported as carrier of antibiotic-resistant E. coli. We hypothesized that a similar phenomenon might occur regarding its fungal guts flora. Therefore we compared the fungal guts flora in gulls living either in a natural (NE) or in an urban environment (UE). A total of 115 swabs of fecal samples were collected in gulls’ colonies in NE (Villeneuve-lès-Maguelone) or UE (Palavas-Les-Flot). Fungal colonies were identified with MALDI-TOF mass spectrometry. 65 Candida albicans and 73 C. glabrata isolates were typed using multilocus microsatellites and 45 Candida krusei were typed using multilocus sequence typing. Yeasts (94.76%) were overall much more frequently isolated than filamentous fungi (5.24%). Geotrichum were the most frequent NE species. In contrast, C. glabrata and C. albicans were most frequent in UE. Resistance to the antifungal itraconazole was observed in 57% of C. glabrata, 41% of S. cerevisiae, 23% Geotrichum spp, and 15% C. albicans. There was a significant genetic structure according to NE and UE in both C. albicans and C. glabrata, but not in C. krusei populations. In conclusion these findings highlight ; i) the differences in the Yellow Legged Gulls’ fungal gut flora according to their natural or urban biotope ; ii) a genetic structure in the three main yeast species according to gulls’ biotope. Furthermore, in vitro antifungal resistance was evidenced in some yeast species that are potential human pathogens.

« Analyse de la vulnérabilité et de la résilience socio-environnementale dans des communautés extractiviste face à la variabilité et au changement climatique. Le cas du bassin versant du fleuve Chinchiná, Colombie. » par Rogelio Pineda Murillo, en 3ème année de thèse de géographie , sous la direction de Hubert Mazurek (IRD/LPED)

L’étude cherche à analyser des indicateurs de vulnérabilité et de résilience appliqués à des familles pauvres dont l’activité est fortement influencée par les changements climatiques (extraction des matériaux sableux du fleuve Chinchiná), afin de participer à la définition de meilleures politiques publiques dans les domaines de la planification territoriale et du développement durable.

« La place de la nature dans la gestion et les usages de la ville méditerranéenne : héritages et perspectives, une comparaison Alger-Marseille » par Anna Rouadjia, en 3ème année de thèse de sociologie, sous la direction de Hubert Mazurek (IRD/LPED) et la co-direction de Cécilia Claeys ( AMU/LPED).

L’adoption du vocable issu de l’écologie scientifique et de principes environnementaux empruntés au développement durable, dans les contextes urbains méditerranéens que sont Marseille et Alger, questionne le lien entre l’appropriation formelle de ces normes par les professionnels en charge de l’aménagement et les représentations induites par ces conceptions et pratiques émergentes. La comparaison des modalités d’introduction de l’environnement dans le champs de l’urbanisme est abordée par le prisme de la ’’nature’’ en ville, entendue en tant qu’élément de discours, de représentations, d’usages et de gestion. Il s’agira de questionner et de confronter les ’’cultures de la nature’’, cristallisées par le jardin public aménagé par l’État jusqu’aux herbes spontanées ayant acquis ’’droit de cité’’, dans ces deux villes, aux développements et trajectoires divergentes, mais que l’histoire coloniale, les populations et la géographie rapprochent. L’analyse des modalités d’appropriation socio-spatiale des espaces de nature par les habitants permettra in fine de qualifier les interactions entre les projections des aménageurs et les représentations sociales des citadins.

Contact

Amélie Salmon, Chargée de communication et de culture scientifique

Lieu : Salle de réunion du LPED
Adresse :

Aix-Marseille Université
Site Saint Charles
Bâtiment 8, 3ème étage