Accueil du site > Presse et Grand Public > Communiqués de presse > Où sont passés les anchois et les sardines ?

Où sont passés les anchois et les sardines ?

Mardi 15 mars 2016

En dix ans en Méditerranée, la biomasse des sardines a été divisée par trois, passant de plus de 200 000 tonnes à moins de 67 000 tonnes. On retrouve ces mêmes proportions chez les anchois. Mais où ces petits poissons - également appelés « petits pélagiques » - sont-ils donc passés ? Pour comprendre le phénomène qui a des impacts économiques importants, les scientifiques se sont associés aux pêcheurs. Chaque mois, les pêcheurs ont prélevé des anchois et sardines selon un protocole scientifique bien précis (lieu, date, heure, méthode de pêche). Le projet EcoPelGol a décrypté pendant trois ans les fluctuations des stocks de petits pélagiques dans le golfe du Lion. La faute n’incombe ni aux prédateurs, ni aux virus mais bien à l’environnement. Face à la baisse de qualité du plancton, les poissons utilisent plus leur énergie pour se reproduire que pour grandir… Financé par France Filière Pêche, EcoPelGol été réalisé par l’unité mixte de recherche MARBEC (IRD / Ifremer / CNRS / Université de Montpellier) [1] en partenariat avec l’Université de Gérone (Espagne) et l’Institut Méditerranéen d’Océanologie - MIO (Aix Marseille Université/Université de Toulon / CNRS / IRD).

Contacts

Presse CNRS - Samira Techer - T 01 44 96 51 51
Presse Ifremer Paris - Thomas Isaak - T 01 46 48 22 40

JPEG - 489.9 ko
Chalutage et tri de petits poissons pendant la campagne PELMED - Gros plan de sardines
Crédit : Isabelle Cheret / Ifremer - Olivier Barbaroux / Ifremer

Voir en ligne : Le communiqué sur le site du CNRS

Notes

[1L’Unité Mixte de Recherche (UMR) MARBEC, MARine Biodiversity, Exploitation and Conservation, est l’un des plus importants laboratoires travaillant sur la biodiversité marine et ses usages en France avec environ 230 agents, dont 80 chercheurs et enseignants-chercheurs. MARBEC est implantée à Sète, Montpellier et Palavas-les-Flots, ainsi que dans l’océan Indien, en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud. Elle étudie la biodiversité marine des écosystèmes lagunaires, côtiers et hauturiers, principalement méditerranéens et tropicaux.