Marie Korsaga

Doctorante au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille.

Présentez-vous ainsi que votre environnement professionnel…

Je me nomme Marie Korsaga, je suis doctorante au laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM), je travaille dans l’équipe de ’’physique des galaxies’’ (PDG). Notre équipe s’intéresse aux processus physiques et dynamiques affectant l’évolution des galaxies. Pour ce faire, nous étudions les différentes composantes des galaxies en déterminant par exemple la vitesse de rotation des étoiles, du gaz et de la matière noire constituant les galaxies.

Quel cursus universitaire (autre) avez-vous suivi ?

J’ai fait mon cursus universitaire (1ère année jusqu’au DEA à l’université de Ouagadougou). Cela se décompose comme suit : mathématiques et physique au 1er cycle ; physique pure au 2e cycle puis un DEA de physique appliquée. Aussi j’ai fait un stage d’un an au laboratoire d’Astrophysique de Marseille et présentement je fais une thèse dans ce même laboratoire pour une durée de 3 ans.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir chercheur/ingénieur ?

Vu que j’ai fait un stage d’astrophysique sur les étoiles de faible masse pendant mon DEA, j’ai eu à faire des séances d’observation et d’analyse de ces objets, cela m’a beaucoup fasciné. Aussi je me posais des questions sur la naissance, le devenir de l’Univers et les différents constituants dans les galaxies ’’surtout la matière noire’’, le seul moyen pour moi de lever ce mystère était de consacrer plus de temps dans l’étude des astres. C’est ainsi que j’ai décidé de faire de la recherche, mais cette fois-ci en travaillant sur les galaxies - qui sont des regroupements de milliards d’étoiles - pour mieux comprendre leur formation et leur évolution. J’ai toujours aimé l’enseignement, donc en faisant de la recherche, ça sera plus facile pour moi de partager mes connaissances et de réaliser mon rêve de devenir enseignante.

Qu’aimez-vous dans la science ?

La science est captivante, en partie à cause du progrès, les découvertes, le partage, les efforts entrepris pour permettre d’approfondir les connaissances et améliorer la qualité de vie de tous les jours. La pratique de la science apporte aussi un outil assez impressionnant à l’être humain en ce sens qu’elle nous demande une démarche assez intéressante de questionnements, qui ne se fondent que sur la raison. Tout cela donne son charme à la science.

Que faites-vous au quotidien ?

Je réduis les données brutes (données observationnelles) obtenues avec des grands télescopes observant dans le visible, je les analyse, j’obtiens des cubes de données et des champs de vitesse, j’en déduis des courbes de rotation. Lorsque tout cela est prêt, je fais des modèles de masse afin de déterminer la masse de la matière noire et de la matière ordinaire de la galaxie connue à partir de la distribution des étoiles. Aussi je lis des publications scientifiques, je suis des séminaires et je discute avec d’autres chercheurs car l’astrophysique est une science de découverte et de partage.

Quels sont vos projets professionnels pour 2014-2015 ?

Mieux comprendre la relation entre la masse, la luminosité et la vitesse de rotation des galaxies. Participer à des séances d’observation à l’Observatoire de Haute Provence afin d’avoir une large gamme de galaxies. Passer quelques mois en Afrique du Sud où je vais collaborer avec d’autres équipes de chercheurs afin d’avoir d’autres expériences de recherche.

Sur un volet plus personnel, pourriez-vous en 4 ou 5 lignes parler d’un livre, d’un film, d’une visite que vous avez particulièrement apprécié. Une source d’inspiration…

Le film documentaire intitulé Aux frontières de la science - aux confins de l’Univers de Nacer Chikhi m’a beaucoup fait rêver. Ce film nous donne des indices sur l’apparition de la vie sur Terre ; l’existence de vie à d’autres endroits que sur la terre. La phrase qui m’a beaucoup plu dans ce film est la suivante :’’nous sommes à la recherche d’extraterrestres alors qu’en fait nous sommes des extraterrestres sur notre propre planète’’. Ce film permet aussi d’avoir une idée sur la matière noire qui a une importante place dans l’Univers.