France Culture

Le Poids du Ciel de Provence

Un Atelier de Création de Bernard Fort

Réalisation : Lionel Quantin

C’est à Saint-Michel, près de Manosque et de Forcalquier, sous le ciel le plus pur d’Europe, que s’est installé, il y a déjà longtemps, l’Observatoire de Haute Provence puis, un peu plus tard, le Centre Astro assurant une large diffusion de la culture scientifique. Sur un plateau qui surplombe le village, une ancienne terre à moutons, se sont multipliés les coupoles et les télescopes, braqués sur la nuit. Progressivement la vie du village a changée, Saint Michel s’est adapté jusque à devenir Saint-Michel l’Observatoire.

Alors que la vie rurale continue, toutes les nuits depuis bientôt cent ans, les chercheurs du CNRS et des publics amateurs scrutent ce ciel de Provence qui fascinait déjà Jean Giono. Toutes les nuits, sonores, chargées de stridulations d’insectes, du chant des batraciens et d’oiseaux nocturnes ou encore du vent glacial au cœur de l’hiver, les optiques, les miroirs et les rétines se remplissent de ces lumières du ciel qui nous racontent les origines, l’espace et le temps.

Depuis plusieurs années, en résidence au Centre Astro de Saint-Michel l’Observatoire, je collecte des paroles de chercheurs et les paysages sonores de Haute-Provence. Ainsi, pour moi, derrière le grand calme des paysages nocturnes se cache l’hyper-activité des chercheurs souvent venus du monde entier. J’écoute l’infiniment petit, au raz du sol, à la surface de l’eau, parmi les herbes alors que d’autres, autour de moi, écoutent l’infiniment grand et cherchent la vie sur d’autres planètes, dans d’autres systèmes solaires…

Dans le même temps, les séjours prolongés dans ces paysages m’ont poussé à me replonger dans la lecture de Jean Giono, natif de Manosque à deux pas de Saint-Michel, qui a écrit toute son œuvre au cœur de la nature provençale. Giono, lui aussi, me parle souvent du ciel, à la fois comme le poète que l’on connaît mais aussi “en connaisseur” qui a fréquenté les chercheurs...

Avec les voix de


Agnès Acker
, astrophysicienne, professeur à l’Université de Strasbourg.

Luc Arnold, chercheur en astronomie à Saint-Michel l’Observatoire, spécialiste en exobiologie.

François Huppert, informaticien instrumentaliste et technicien d’observation à l’Observatoire de Haute Provence.

Hervé le Coroller, Astronome à l’Observatoire de Haute Provence. Spécialiste de l’Interférométrie.

Jean Louis Heudier, astronome et vulgarisateur à l’Observatoire de Nice

Michel Marcelin, Directeur de recherche au laboratoire d’astrophysique de Marseille.

Les textes de Giono, sont dits par Catherine Giron et extraits de nombreux ouvrages

Ennemonde, le Serpent d’étoiles, le Triomphe de la vie, le Grand théâtre, le Poids du ciel, Promenade de la mort, Fragments d’un paradis, Provence, Bestiaire, Pour saluer Melville, et les carnet intimes de l’auteur.

Bernard Fort

Cofondateur et responsable du Groupe Musiques Vivantes de Lyon. Il enseigne la composition acousmatique à l’école Nationale de Musique à Villeurbanne, et partage le reste de son temps entre la composition et l’ornithologie. Son travail musical est entièrement consacré au genre acousmatique. En composition, s’intéresse depuis toujours aux limites entre abstraction et figuration, naturel et culturel. Sa recherche se porte principalement sur les modes de représentation des musiques électroacoustiques.