A télécharger

Programme visioconférences nationales - 6e semaine du climat
Programme visioconférences nationales - 6e semaine du climat (PDF – 354.5 ko)
© Direction Régionale Académique de l'Enseignement Supérieur

La 6e semaine du climat avec le Rectorat d’Aix-Marseille

Les chercheurs de l’OSU Institut Pythéas participent aux visioconférences nationales de la 6e semaine du climat organisée par le Rectorat d’Aix-Marseille. A l’occasion de ces journées, l’OSU dévoile 2 de ses 4 clips illustrant 4 podcasts de la série Les échos logiques. Cette série de 24 podcasts questionne les relations homme, société, environnement à travers le regard de 4 écologues de l’IMBE. Regardez les clips vidéos Les échos logiques.

Mardi 6 octobre 2020 – Après-midi

Les deux visioconférences du mardi après-midi s’appuient sur deux clips réalisés à partir de 2 podcasts provenant d’une série intitulée « Les échos logiques » (série de 24 podcasts) questionnant les relations Homme-société-environnement, réalisée par l’OSU Institut Pythéas (AMU, CNRS, IRD) et l’Institut Méditerranéen pour la Transition Environnementale (ITEM) d’AMU, avec quatre écologues de l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE).

PNG - 1.1 Mo

14 h-15 h : Thierry GAUQUELIN, Professeur à Aix-Marseille Université, travaille à l’IMBE sur l’activité et la biodiversité des forêts du pourtour méditerranéen. Il est l’instigateur et le responsable jusqu’à 2020 de la station expérimentale O3HP (Oak Observatory at the OHP), qui observe l’impact du changement climatique sur la forêt de chêne pubescent méditerranéenne.

La reforestation massive est-elle bénéfique pour le climat ?

Planter des forêts pour atténuer le changement climatique est une pratique en vogue car ce sont des puits de carbone. Encore faut-il le faire correctement : en choisissant les bonnes essences, en favorisant les peuplements mélangés, en pratiquant une sylviculture douce et raisonnée… En France, la forêt s’étend naturellement de 80 000 à 100 000 ha par an et représente environ 30% du territoire métropolitain. Elle compense déjà à hauteur de 10% nos émissions de CO².

PNG - 994.9 ko

15 h-16 : Thierry DUTOIT, écologue à l’IMBE, spécialiste en restauration écologique, directeur de recherche au CNRS sur le site de l’IUT d’Avignon. Son travail porte principalement sur les processus de coexistence des plantes dans les écosystèmes méditerranéens. Les applications de ses recherches visent notamment la conservation et la restauration écologique, grâce à des solutions novatrices.

Restaurer par et pour la nature ?

Comment restaurer la nature ? L’écologue interpelle sur l’usage des mêmes engins de chantier que ceux ayant servi à la dégrader… Y a t-il une autre voie que les bulldozers pour réparer ? Oui, la nature ! Cela s’appelle la bio-inspiration. Végétaux, bactéries, animaux et champignons sont des « ingénieurs 4 écologiques » capables de régénérer sans dommage. Et d’illustrer son propos avec les « fourmis moissonneuses », efficaces et « propres ».

Lundi 12 octobre 2020 – Après-midi

14 h-16 h : TABLE RONDE

Une table-ronde inédite se tiendra dans l’amphithéâtre du LAM en compagnie de Thierry Tatoni et Jean-Marie Perdrix.

Composition en 4 mouvements sur le thème :

« Un certain regard… sur la nature »

En direct de l’amphithéâtre du laboratoire d’Astrophysique de Marseille, un scientifique et un artiste nous proposeront un duo science-art et des variations sur le thème du rapport de l’homme à la Nature.

Avec comme intervenants :

JPEG - 163.7 ko

Thierry TATONI a fondé l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Ecologie marine et continentale (IMBE) qu’il a dirigé de 2012 à 2018. Aujourd’hui professeur à l’Université d’Aix-Marseille et chargé de mission CNRS pour le Dispositif de Partenariat en Écologie et Environnement (DiPEE) de la région Sud, son activité de recherche se concentre sur la vulnérabilité écologique, ainsi que sur les fonctionnalités écologiques et l’approche globale des services rendus par la biodiversité. Attaché au transfert des connaissances vers les gestionnaires de la biodiversité et l’aménagement du territoire, il est membre actif de plusieurs Conseils scientifiques d’espaces naturels protégés et de collectivités.

JPEG - 6.8 ko

Jean-Marie PERDRIX né en 1966, il a été formé à l’École des Arts Décoratifs de Strasbourg et à l’Institut des Hautes Études en Arts Plastiques de Paris. Il vit et travaille à Paris et au Burkina Faso. Sculpteur, il utilise des matériaux très divers comme le bronze, le plastique, l’élastomère ou encore les néons. Son travail est fondé sur l’expérimentation : ce sont les conditions sociales, économiques et matérielles rencontrées que donnent forme à ces oeuvres. Dans sa démarche, à la fois politique et anthropomorphique, Jean-Marie Perdrix cherche également à impliquer les personnes rencontrées à la production des objets.

Voir en ligne : Regarder les visioconférences du rectorat en direct