Accueil du site > Presse et Grand Public > Diffusion de la culture scientifique > Espace multimédia > Photos d’Histoire > L’intégration d’instruments astronomiques d’hier et d’aujourd’hui...

#HistoiredeScience

L’intégration d’instruments astronomiques d’hier et d’aujourd’hui...

1968, réglages de Minisis, Ile du Levant au large d’Hyères -Var (F-83)

Au contact direct du sable méditerranéen, la caméra Minisis est préparée pour son tir par une fusée TACITE depuis l’Ile du Levant le 15 octobre 1968. Nous sommes bien loin des environnements aseptisés où sont intégrés et testés les instruments spatiaux aujourd’hui. Cette photo révèle à quel point la science progresse en même temps qu’elle se fait…

Minisis, conçue et réalisée par le Laboratoire d’Astronomie Spatiale (LAS), est une caméra photo-électrique. Elle devait permettre d’obtenir les isophotes de la diffusion de la matière interplanétaire autour du Soleil.

Crée en octobre 1950, pour les essais de la plupart des missiles tactiques utilisés en France, la station de lancement d’engins spéciaux de l’Ile du Levant devient en 1952 le Centre d’Essais et de Recherches d’Engins Spéciaux (CERES). Le 1er septembre 1968, le CERES laisse place au Centre d’essais de la Méditerranée (CEM), toujours opérationnel.

Crédit : Antoine Llebaria, Jean Maucherat

2019, intégration de NISP, salle blanche du LAM - Marseille (F-13)

Afin d’éviter qu’une poussière vienne à en altérer le bon fonctionnement, les instruments sont maintenant intégrés dans des salles propres. Une inspection à la lumière ultraviolette est réalisée pour détecter puis supprimer les éventuelles poussières qui pourraient subsister.

NISP, un spectrophotomètre infrarouge grand champ, l’un des deux instruments embarqués sur la mission spatiale Euclid de l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM) est, avec le soutien du Centre National des Etudes Spatiales (CNES), l’investigateur principal et maître d’œuvre de l’instrument NISP.

L’objectif principal d’Euclid est de cartographier un milliard de galaxies afin d’en mesurer très précisément la distance au Soleil et d’en caractériser la forme intrinsèque. La distance et la forme d’un très grand nombre de galaxies doivent permettre de sonder les effets de la gravitation au cours de l’évolution de l’Univers depuis ses origines, et de tenter de comprendre la nature de la matière sombre et de l’énergie sombre qui ont forgé et régissent l’Univers dans lequel nous vivons aujourd’hui.

Le lancement d’Euclid est programmé en 2022 !

Crédit : LAM