Accueil du site > Presse et Grand Public > Communiqués de presse > Jean-Luc Beuzit, directeur du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, (...)

Jean-Luc Beuzit, directeur du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille, lauréat du Grand Prix scientifique de la Fondation Charles Defforey

Le Grand Prix scientifique de la Fondation Charles Defforey, un des Grands Prix des Fondations de l’Institut de France 2020, a notamment pour objectif de soutenir des organismes ayant une action à caractère caritatif ou culturel, ou dont le but est d’encourager la recherche. Cette année ce Grand Prix doté de 450 000 euros avait pour thème « Les exoplanètes ». Il a été attribué à Jean-Luc Beuzit [1], Anthony Boccaletti [2], Gael Chauvin [3] [4], Thierry Fusco [5] [6], Maud Langlois [7] et David Mouillet [8], pour le projet « Imager de Nouveaux Mondes : préparer la prochaine génération d’imageurs d’exoplanètes ».

Les lauréats du grand prix, chercheurs au CNRS, à l’ONERA, à l’Observatoire de Paris - PSL et dans les Universités, ont été au cœur du projet SPHERE, un instrument installé au Very Large Telescope (ESO – Chili) et dédié à l’imagerie des jeunes exoplanètes géantes. Entre 2002 et 2015, en s’appuyant sur de nouvelles technologies, comme l’optique adaptative extrême et la coronographie, l’équipe a dirigé la conception, la réalisation et la mise en service de l’instrument. SPHERE a déjà fourni un très grand nombre de résultats majeurs comme l’identification de nouvelles exoplanètes géantes et l’étude de leur atmosphère, ou bien l’étude détaillée des disques circumstellaires dans lesquels se forment les planètes.

Dans cette aventure unique associant des défis scientifiques et technologiques majeurs, les équipes du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM), unité mixte de recherche AMU/CNRS/CNES au sein de l’Observatoire des Sciences de l’Univers Institut Pytheas, ont contribué à la conception, la réalisation et la mise en œuvre de SPHERE, de l’expression de ses objectifs scientifiques, aux analyses et choix systèmes complexes, jusqu’à la validation finale sur le ciel, en étroite collaboration avec l’IPAG, le LESIA et l’ONERA. Le LAM était notamment en charge du module d’imagerie, de spectroscopie et de polarimétrie infrarouge de SPHERE, IRDIS, ainsi que de la fourniture de composants optiques toriques et du développement d’outils informatiques pour la base de données des cibles scientifiques. Depuis la mise en service de SPHERE en 2015, les chercheurs du LAM utilisent l’instrument pour chercher et caractériser de nouvelles exoplanètes, mais également pour étudier les petits corps du Système Solaire.

JPEG - 219.2 ko

Avec le projet « Imager de Nouveaux Mondes : préparer la prochaine génération d’imageurs d’exoplanètes » et grâce à l’obtention du Grand Prix scientifique de la Fondation Charles Defforey, l’équipe poursuit son programme de Recherche et Développement afin de concevoir de nouveaux concepts optiques dédiés à l’étude des exoplanètes.

Aujourd’hui, un pas supplémentaire est ainsi envisagé avec une évolution significative vers le projet SPHERE+ visant à augmenter le contraste près des étoiles observées. SPHERE+ utilisera des technologies toujours plus performantes pour atteindre la région où se situe la plus grande partie des exoplanètes géantes, et pour observer plus d’étoiles faibles. SPHERE+ est une étape intermédiaire qui permettra de préparer un programme encore plus ambitieux pour le Télescope Extrêmement Grand (ELT) de l’ESO dans lequel l’équipe lauréate est impliquée. Ces travaux auront également des retombées instrumentales et astrophysiques pour les prochaines missions spatiales comme JWST et le Nancy Grace Roman Space Telescope (anciennement WFIRST), et à plus long terme, pour initier les projets spatiaux des prochaines décennies, visant à permettre l’imagerie et la caractérisation des exoplanètes telluriques possiblement semblables à la Terre.

L’ensemble de l’équipe remercie vivement l’Institut de France, la Fondation Charles Defforey et l’Académie des Sciences pour l’attribution de ce prix prestigieux qui va permettre une avancée significative de ses projets dans le contexte de l’imagerie des exoplanètes (http://www.institut-de-france.fr/fr/article/3524-grands-prix-2020-des-fondations-de-linstitut-de-france).

A propos de Jean-Luc Beuzit Jean-Luc Beuzit, Directeur de Recherche au CNRS, est directeur du Laboratoire d’Astrophysique de Marseille depuis 2018. Il était auparavant chercheur à l’IPAG où il a coordonné le développement du projet SPHERE. Le fil conducteur de ses travaux est l’imagerie à haute résolution angulaire et haute dynamique de l’environnement immédiat des étoiles dans le but de détecter et de caractériser des compagnons planétaires ou stellaires.

Contacts

Presse Thierry Botti, Chargé de communication OSU Pythéas / 04 95 04 41 06

Scientifique Jean-Luc Beuzit, directeur de recherche CNRS, directeur du LAM

Notes

[1Aix-Marseille Université, CNRS, CNES, LAM (Marseille)

[2Observatoire de Paris, Université PSL, CNRS, LESIA (Meudon)

[3Laboratoire Franco-Chilien pour l’Astronomie, Unité Mixte Internationale CNRS/INSU et Université du Chili

[4Université Grenoble Alpes, CNRS, IPAG (Grenoble)

[5ONERA, Département d’Optique et Techniques Associées (DOTA)

[6Aix-Marseille Université, CNRS, CNES, LAM (Marseille)

[7CNRS, CRAL, Université Lyon 1, ENS Lyon, Observatoire de Lyon

[8Université Grenoble Alpes, CNRS, IPAG (Grenoble)