GHOST MED

GHOST MED vise à créer un réseau dynamique d’usagers de la mer, afin d’évaluer l’impact des engins de pêche perdus.
Le principe est que pêcheurs, plongeurs, gestionnaires d’aires marines et grand public puissent signaler via un formulaire en ligne les engins de pêche perdus dont ils peuvent avoir connaissance.

Qu’est-ce que c’est ?

C’est le premier programme de sciences participatives pour signaler la perte d’engins de pêche.

Qui est à l’origine de ce programme ?

Le programme scientifique GHOST MED est porté par l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MIO/Aix-Marseille Université, CNRS, IRD).

A quoi ça sert ?

GHOST MED vise à créer un réseau dynamique d’usagers de la mer, afin d’évaluer l’impact des engins de pêche perdus.
Le principe est que pêcheurs, plongeurs, gestionnaires d’aires marines et grand public puissent signaler via un formulaire en ligne les engins de pêche perdus dont ils peuvent avoir connaissance.

Le programme GHOST MED permet à tous les usagers de la mer de signaler l’observation d’engins de pêche perdus grâce à un formulaire de signalisation qui comporte les coordonnées GPS et des informations concernant l’état de l’engin (profondeur, type d’engin, etc.).

Ces données permettront trois choses :

  • Connaître la position des engins ;
  • Permettre aux scientifiques d’évaluer leurs impacts ;
  • Prendre la décision de les retirer ou non.

Les engins de pêche perdus sont des filets, des lignes de pêche, des hameçons ou encore des casiers, qui ont de multiples impacts négatifs sur le milieu marin. Ils sont responsables de la prise accidentelle d’espèces (ce que l’on appelle « pêche fantôme » ou « ghost fishing » en anglais d’où le nom de GHOST MED, « MED » signifiant Méditerranée), ils altèrent le fonctionnement des habitats, abiment les espèces fixées au fond et polluent la mer.

Ce projet, initié il y a deux ans par l’Institut Méditerranéen d’Océanologie (MIO), a permis d’établir un protocole d’évaluation de l’impact des engins de pêche perdus afin d’aider les gestionnaires à prendre la décision de les retirer ou non. Grâce au soutien de l’Agence Française pour la Biodiversité, le projet continue cette année avec pour objectif de collecter des informations sur toute la Méditerranée Française.

Le programme GHOST MED a également pour but de sensibiliser le plus grand nombre à l’impact des engins de pêche perdus et créer des liens et du dialogue entre tous les acteurs.

Vous trouverez de plus amples informations sur le site du programme GHOST MED : https://www.mio.univ-amu.fr/ghostmed/

Voir en ligne : https://ghostmed.mio.osupytheas.fr/fr/