Cécilia Claeys

Maître de conférences en Sociologie au Laboratoire Population Environnement et Développement.

Présentez-vous ainsi que votre environnement professionnel…

Maître de conférences en Sociologie au sein d’Aix-Marseille Université depuis 2001, je suis membre du LPED (Laboratoire Population Environnement Développement). Mon domaine de recherche est la sociologie de l’environnement et des risques. Je travaille principalement sur des territoires français métropolitains et ultra-marins, avec une prédilection pour le littoral, en tant qu’espace complexe d’interaction entre Homme et nature, entre terre et mer. J’aime les sujets de recherche atypiques du point de vue de ma discipline scientifique. A ce titre, je travaille notamment sur le rapport entre les sociétés et des espèces vivantes proliférantes telles que les moustiques, les méduses et les algues. Les questions environnementales sont particulièrement propices aux échanges interdisciplinaires qui représentent pour moi une stimulation intellectuelle incomparable, amenant les différents scientifiques impliqués à sortir de leur confort épistémologique et méthodologique routinier.

Quel cursus universitaire (autre) avez-vous suivi ?

Après quelques brèves velléités mathématiques (Deug en Mathématiques Appliqués et Sciences Sociales), la sociologie est très vite devenue pour moi une évidence, et la sociologie de l’environnement et des risques une vocation, une façon de voir le monde et de le questionner. S’en suivirent donc licence, D.E.A. et thèse de sociologie dans une petite structure de recherche, alors hors norme et excentrée. Mon recrutement comme Maître de conférences fut une belle reconnaissance institutionnelle de l’hypothèse khunnienne selon laquelle l’innovation nait souvent de la marge. Depuis, les contrats de recherche se succèdent, les réformes institutionnelles s’enchaînent, et pourtant ce goût pour les questions de recherche atypiques a fait de prés de 15 années passées une belle aventure.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir chercheur ?

Pour mesurer l’étendu de notre/mon ignorance, plonger à corps perdu dans son impossible comblement, mesurer la naïveté de croire qu’une science quelle qu’elle soit peut être définitivement exacte. Questionner encore et toujours ses postulats, ses axiomes, ses méthodes, ses résultats, ses certitudes inévitablement provisoires.

Qu’aimez-vous dans la science ?

J’aime dans la pratique scientifique l’indispensable et paradoxale assertion de l’articulation entre créativité et rigueur. J’aime la capacité de la sociologie à déconstruire les évidences et les préjugés. J’aime le doute méthodologique comme moteur de la production des savoirs. J’aime l’enrichissement du travail collectif et les affres productifs de la réflexion solitaire.
J’exècre en revanche les actuelles dérives scientométriques de la recherche, le capital scientifique institutionnel comme substitut d’un capital scientifique pur, pour reprendre le vocabulaire bourdieusien.

Que faites-vous au quotidien ?

Malgré la surcharge des tâches administrativo-financières et la course aux financements, mon quotidien de chercheur demeure celui d’un travailleur privilégié. La diversité des tâches à accomplir est source d’enrichissement intellectuel et de découvertes : lire, écrire, écouter, observer, mesurer, vérifier, questionner, se questionner, comprendre, douter, devant un ordinateur, sur le terrain, lors d’échanges avec des collègues ou des étudiants. C’est aussi le luxe d’une certaine liberté qui perdure malgré tout, liberté intellectuelle, liberté organisationnelle, pour autant que l’on s’en donne les moyens et que l’on en accepte les désagréments potentiels.

Quels sont vos projets professionnels pour 2014-2015 ?

Les corpus de données accumulés durant ces dernières années attendent impatiemment leur analyse. Un manuscrit d’HDR (Habilitation à Diriger les Recherches) réclame ses dernières corrections. Une nouvelle ANR promet de belles collaborations régionales et nationales.

Une source d’inspiration, un bouquin, un film ?

Une saine addiction à l’endorphine.